Histoire du musée
 

Histoire du musée et de l'école de dessin

Benoît De Puydt (1798-1859), greffier de la Justice de Paix du canton nord-est de Bailleul, a rassemblé sa vie durant un important ensemble d'objets d'art témoins de la culture flamande du 15e au 19e siècle. N’ayant pas d’enfant, il choisit d’en faire don à la Ville de Bailleul.
Ainsi, conformément à ses dernières volontés, la demeure et les collections de Benoît De Puydt deviennent à partir de 1861 un musée et une école de dessin.

La Première Guerre Mondiale

D'octobre 1914 au printemps 1918, des soldats britanniques s’installent à Bailleul ; le musée est qualifié de « Petit Cluny du Nord » par les soldats qui le visitent. Le 6 mars 1918, deux camions militaires évacuent une petite partie des collections du musée vers la Normandie (Eu et Martainville).

Le bâtiment du musée est entièrement détruit par les obus qui anéantissent la ville entre avril et septembre 1918. Le volume des œuvres ainsi abandonnées à leur sort est estimé à 70%. La plupart d’entre elles sont détruites lors de l’effondrement de la maison, les autres sont saisies par des pilleurs d’épaves.

La reconstruction

Dans le grand chantier de la reconstruction de la ville, le musée retrouve son ancien emplacement. C’est l’architecte Louis Roussel qui le dessine dans l'esprit néo-flamand, conformément au projet municipal adopté par l’État en 1920. Le musée est inauguré le 15 juillet 1934. Les collections sont reconstituées grâce aux dommages de guerre et à de nouveaux dons.

Le second conflit mondial

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le musée est à nouveau mis en caisses et évacué : 40 caisses sont entreposées en Ille-et-Vilaine au château de la Bourbansais en Pleugueneuc. Elles réintégreront Bailleul à la fin de la guerre après avoir subi quelques dégâts.

La guerre ne laisse pas non plus l’immeuble intact. Il est en effet successivement occupé par des réfugiés de passage et sert de dépôt de matériel pour les prisonniers de guerre et les sinistrés. Plusieurs mois de travaux seront nécessaires pour le remettre en état.

Vers le musée d'aujourd'hui

En 1953, les aménagements de la salle d’exposition du deuxième étage permettent la présentation d’une section consacrée au folklore : collection de dentelles, d’un métier à tisser, d’outils et de d’objets domestiques.

Le 11 avril 1974, alors qu’une partie des collections est en caisses afin de permettre la pose de moquettes murales, le musée connait son « cambriolage du siècle ». Bailleul fait la une de l’actualité et il est décidé de poser une serrure de sûreté et des barreaux aux fenêtres du musée.

Une nouvelle présentation des collections est ouverte au public fin 1975. Les trois salles du rez-de-chaussée sont consacrées à l’histoire de Bailleul et aux porcelaines chinoises, aux céramiques régionales et aux peintures ; le premier étage au mobilier et aux céramiques ; le second niveau est converti en réserves.

Entre 1991 à 1999, grâce à la présence d’un conservateur départemental, le musée connaît une période faste et organise plusieurs expositions temporaires dans ses locaux.

En savoir plus : Article Musenor (Site de l'Association des Conservateurs des Musées du Nord-Pas de Calais), "Les musées dans la tourmente", Bailleul, les tableaux fantômes

 
 

Musée Benoît De Puydt

24 rue du musée
59270 Bailleul
Tél. : 03 28 49 12 70
 
 
CONTACT

Horaires

Tous les jours (sauf le mardi)
de 14h00 à 17h30
En raison du carnaval de Bailleul, le musée sera fermé du samedi 25 février au mardi 28 février 2017.
Ré-ouverture aux horaires habituels le mercredi 1er mars 2017.

 
Mode contributeur -  Mentions légales -  Contactez-nous -